Terres Foulées

LE FEU
De la poussière nait le feu…

Dodeka seul blanc
Exode / Refugiés / urgence

Terre / Glace / Désert / Sable / Terre humide / Goudron chaud / Gravier / Herbe Hautes / Lac de sel / Eau /

Herbes Grasses / Poussière / 4 éléments / Mer / Neige / Feuilles mortes / Sable

Quand on fuit un pays, une guerre, c’est en urgence, sans bagages, sans regarder derrière, mais surtout : LES PIEDS NUS

Pour mieux sentir le sol : on enlève ses chaussures.

Pour mieux s’ancrer au sol, à la matière : on enlève ses chaussures.

Pied nu = ethnies
Pied nu = les créoles descendent de la montagne pied nu
Pied nu = à la fois la plage au soleil et les errances dans une ville au goudron fondant à la recherche d’un toi, de soi Pied nu = réflexologie (toute les zones de notre corps y sont centralisées)

Fermez les yeux et imaginez que vous êtes pied nus et sous vos pieds vous sentez :

- la glace
- la lave, le goudron brulant /// FEU (Falla/danse du feu)
- la terre seiche /// TERRE (Kilar, Shine, Grieg)
- La mer, la rivière, flaque d’eau d’une ville // EAU (Debussy)
- les pieds suspendus au-dessus d’un immeuble // AIR (Fratres, - on respire cet air commun – Vasks, bach)

Imaginez-vous les pieds sur la Terre : Grieg / Shine / Kilar
Imaginez-vous les pieds sur l’eau : Debussy
Imaginez-vous les pieds sur le feu : Danse du feu de Falla
Imaginez-vous les pieds dans l’air : Fratres (air commun que l’on respire et qui nous unit), Vasks, Bach

TERRES FOULÉES

En exode, en voyage, en fuite, en balade, sur la plage ou chez soi, c’est souvent pied nu que la rencontre se fait avec de nouveaux territoires. Que la terre soit de boue, de poussière, d’herbe grasse, de glace ou que les pieds soient suspendes, Dodeka a imaginé un parcours sensoriel unique en créant un lien direct entre les musiques et les terres foulées, peu importe les raisons, peu importe les lieux, les pays, les territoires.

Concert divisé en 4 territoires : Dialogue avec le public pour l’immerger dans les mondes
- il fait -20 », le sol craquelle sous nous pied, la glace ... je rêvais de venir en Laponie.
- J’ère dans la ville, seul, je n’ai plus personne, ou aller, et ce goudron brulant qui me brûle les pieds
- J’entends les bombes atour de moi, un son sourd, et puissant, presque moelleux, mais c’est sûr, nous devons sortir, il fait nuit, je cours, mes pieds crient de douleur sur le tapis de gravas qui séparent notre maison ...
- nous sommes là-haut, sur cette montagne que nous avons gravit, quelle balade, je sens le vent sur mes pieds nus qui pendent dans le vide de ce rocher altier !!
- il fait chaud et mes pieds s’amusent à éviter les petites vaguelettes qui mordent le sable blanc
Braises brulants des rites tamoules
Les pieds dans l’herbe grasse le matin, un peu mouillée
Marcher dans la poussière
Marcher sur des Rochers
La douceur d’un matelas de gymnastique !

Durée : 1h
Ensemble Dodéka ⎮ 12 instrumentistes
/////////////////////////////////////
Programme à définir : Manuel de Falla (1876-1946)
Wojciech Kilar (1932-2013)
Manuel Doutrelant :
 
Copyright 2023 - Dodéka